Le facteur Cheval, une fabuleuse histoire

 In Carnet de voyage

Son histoire ma énormément émue, je voulais absolument la partager avec vous car si vous avez un rêve qui vous tient à coeur, les enseignements du Facteur cheval sont précieux, je dirais même absolument indispensables. 

 

Nous sommes en plein mois de juin, la période est idéale pour visiter l’oeuvre incroyable du facteur cheval.

Ma mère m’avait raconté son histoires quelques mois auparavant, et immédiatement je l’avais raconté moi-même à l’occasion d’une conférence à Paris. Par la suite le film est sortie au cinéma. 

Mais je n’avais pas encore vu en vrai son palais idéal, alors que j’avais passé toute mon enfance à quelques kilomètres de là !

Bien entendu je n’ai pas résisté à créer une vidéo différente de toutes les autres pour vous partager cette histoire. Si vous n’avez pas envie de lire vous pouvez y accéder directement en cliquant sur le lien suivant : 

Voir la vidéo du facteur cheval 

LE PALAIS IDÉAL, un rêve un peu fou !

Joseph Ferdinand Cheval vient d’être embauché comme facteur à Haute Rive dans la drome. Sa tournée est une longue marche de 32km sur les chemins de campagne. Les journée pour distribuer le courrier peuvent être longue. 

Dans ses correspondances, Joseph-Ferdinand raconte qu’il s’imagine bâtir une sorte de de palais, une grotte ou un château sans trop finalement savoir comment l’exprimer. D’ailleurs il dit préférer ne pas parler à ce sujet de peur d’être moqué et pris pour un fou par les gens du village. D’autant dit-il lui même avoue lui même se trouver un peu ridicule. Ainsi de long mois durant, le facteur Cheval traine ses souliers sur les chemins de terres rocailleux pour livrer son courrier. jusqu’au jour où…

… le 19 avril 1879 pendant sa tournée Joseph Ferdinand frappe son pied sur un cailloux sorti de terre. Il trébuche et manque de se retrouver étalé à même le sol quelques mètres plus loin. Curieux de connaître la cause de cette mésaventure, il fait marche arrière et découvre sur le chemin une pierre d’une forme si bizarre qu’il dit l’avoir enveloppée dans son mouchoir, la mettre dans sa poche pour l’admirer à son aise un peu plus tard.

« Mon pied avait accroché une pierre qui faillit me faire tomber: j’ai voulu savoir ce que c’était. C’était une pierre d’achoppement de forme si bizarre que je l’ai mise dans ma poche pour l’admirer à mon aise…. »

Le lendemain, en repassant au même endroit il en trouve de plus belles encore. Intrigué, le facteur se met à penser :

« C’est une pierre molasse travaillée par les eaux et endurcie par la force des temps, elle représente une sculpture si bizarre qu’il est impossible à l’homme de l’imiter, alors, puisque la nature veut faire la sculpture, moi je ferai la maçonnerie et l’architecture. »

Et c’est ainsi qu’à partir de ce jour, tout en distribuant son courrier et malgré les moqueries des gens du village, le facteur Cheval fait des tas de cailloux sur le bord du chemin. Sa tournée terminée après avoir marché plus de 60km, il rentre chez lui, récupère sa vieille brouette en bois et repart sur le chemin pour ramasser son butin qu’il vient déposer dans son jardin. 

Cette année là, Joseph Ferdinand Cheval commence à bâtir son rêve d’un palais féérique. La même année, le 11 octobre, le facteur Cheval sera comblé grâce à la naissance de sa fille chérie Alice-Marie-Philomène. Joseph Ferdinand ramasse sa première pierre à l’âge de 43 ans et terminera son palais idéal 33 années plus tard à l’âge de 76 ans ! 

JUSQU'AU BOUT !

Qu’il pleuve qu’il vente ou qu’il neige le facteur cheval est à l’ouvrage. Au cours de ces trente trois années de dur labeur, le malheur ne l’aura pas épargné. Ainsi il perdra sa fille Alice alors âgée de 15 ans. C’est évidement un drame terrible pour Joseph qui adorait la voir jouer dans son palais féérique. 

Joseph Ferdinand Cheval termine son palais en 1912 il a alors 76 ans. Mais voilà qu’il apprend qu’il ne pourra jamais y reposer. Ainsi, deux ans plus tard, l’homme reprend sa fidèle brouette, retourne sur les chemins pour faire des tas de cailloux qu’il vient déposer non plus dans son jardin, mais dans le cimetière communal ou il bâtira pendant 8 années durant son tombeau familiale. Le « Le Tombeau du silence et du repos sans fin ». Son nouvel ouvrage est achevé en 1922, Joseph Ferdinand à alors 86 ans. 

Son fils Cyril nait de sa première union décède cette même année. Son épouse, la mère de Alice, décède 2 ans plus tard en 1914. Au cours de sa vie le facteur Cheval aura enterré 2 épouses et 3 enfants. Le 19 août 1924 le bâtisseur de rêve décède à son tour. Deux jours avant, il fait certifier « sincère et véritable » la version définitive de sa biographie. Le Palais idéal est mis en gérance par ses deux petites filles (filles de Cyril, son fils).

 

Comme le facteur cheval, Shootez vous au P.C.P

Le facteur Cheval nous offre au moins deux enseignements précieux. Les rêves nous choisissent parce qu’ils considèrent que nous sommes capable de les réaliser. J’adore cette pensée. Au fond je pense que nous nous honorons lorsque nous honorons nos rêves, nos petits et grands projets.

Le problème c’est qu’entre l’imagination et la concrétisation mille et une occasions nous sont offertes pour nous perdre, oublier, négliger, renoncer à notre folie, à notre génie. 

Joseph Ferdinand Cheval à eu l’audace de poser la première pierre et la suivante, et la suivante. Depuis la réalisation de son rêve pas moins de 200 OOO visiteurs venus du monde entier ont visiter son palais idéal, un long métrage magnifique à été réalisé en 2019, des livres, des articles, et des centaines des milliers de contenus ont été créés pour partager son oeuvre. Mais voici ce qui m’impressionne le plus dans cette histoire.

Imaginez, plus de 33 ans (+8 ans pour le tombeau) chaque jours à faire des tas de cailloux pour bâtir de jour comme de nuit et par tous les temps son rêve un peu fou. Malgré le jugement, la critique des gens du village et parfois même de sa propre famille. Inlassablement le facteur cheval ne cesse de créer, de bâtir tel un artiste il donne vie à son oeuvre. 

Pour y parvenir j’ai compris que l’artiste se shootait au P.C.P ! Non ce n’est pas une drogue hallucinogène dont je vous parle, le facteur cheval n’en avait pas besoin et vous non plus d’ailleurs. La plupart du temps, lorsque nous avons un projet, un rêve à réaliser nous aimerions qu’il se réalise tout de suite. Nous aimerions avoir fini avant même d’avoir commencé.  Nous sommes impatients.

Ainsi j’ai réalisé l’importance de se shooter au P.C.P à savoir : Patience, Constance, Persévérance. 

Pensez-y si vous avez un rêve, un projet que vous aimeriez réaliser. Savez-vous vraiment faire preuve de patience ou êtes-vous toujours en train de courir pour arriver le plus vite possible et vous mettre une pression souvent inutile qui vous fait souffrir ? 

Êtes-vous suffisamment régulier, constant dans la mise en place de ce qui doit être fait pour y parvenir ? 

Êtes-vous vraiment persévérant lorsque ça ne marche pas comme vous voulez, lorsque vous essuyez des séries d’échecs qui vous font douter ?

RETENEZ CECI

– Vos rêves vous ont choisi car ils savent que vous êtes capable de les réaliser. Cela ne veut pas dire qu’il soit réalisables ici et maintenant, mais plus vous nourrissez votre rêve et lui donnez le droit d’exister, plus l’univers va conspirer pour que vous puissiez le réaliser. Attention ou vous mettez les pieds, vous pourriez broncher sur un morceau de votre rêve. 

– Que vous le reconnaissiez ou non, vous êtes un(e) artiste. Nous ne pouvons pas faire autrement que de créer. Mais vos pensées seront une force ou une faiblesse. Ainsi soit vous entretenez des pensées de bâtisseur rêveur soit vous entretenez des pensées de démolisseur. Soyons honnête la plupart du temps nous nourrissons les deux types de pensées. À vous d’être vigilant pour ne pas nourrir l’auto saboteur.

– L’univers conspire et vous offre tout ce qu’il faut pour vous réaliser. Néanmoins il ne fera pas le boulot à votre place. Ainsi vous faudra t-il vous shooter au PCP. Patience, Constance et Persévérance vous seront indispensables pour la réalisation de qui vous êtes vraiment.

vivez le en vidéo

Prenez-vous au jeu, fermez les yeux et laissez-vous transporter dans le temps lorsque vous y êtes invité au début de la vidéo… Vous avez un rêve, un projet, le désir de changer de vie, de réaliser quelque chose de grand ? Alors cette vidéo et son enseignement sont pour vous.

Je vous parle de courage, de motivation et de l’histoire de cet homme qui a cru à ses rêves jusqu’à son dernier souffle. A tel point que sa biographie a été mis en image dans un film

Notre Van life nous mène sur des sentiers passionnants à la rencontre de lieux magiques et inspirants. Je vous souhaite une merveilleuse expérience et découverte du palais idéal du facteur Cheval.

D’autres articles sur le blog : https://philosovie.com/blog/

D’autres vidéos sur la chaine youtube Philosovie: https://youtube.com/c/philosovie/?sub_confirmation=1

Contactez-nous

Vous avez une question? Envoyez-nous un mail.

Not readable? Change text. captcha txt
comment faire face au passé