Il me semble que nous aimerions tous être authentiques, spontanés, sincères, francs, enthousiastes, oser dire ce que l’on a à dire et oser faire ce que l’on rêve de pouvoir faire. 

Alors comment se fait il qu’il soit si difficile de l’être et de le faire ? Est-ce encore possible dans notre société d’être qui l’on est vraiment ? D’ailleurs le savez-vous vraiment ?

J’aime cette phrase de Marcel Proust qui dit :  Notre personnalité sociale n’est que la projection de la pensée des autres.

 

Je vous propose en 6 points clés pour tracer le portrait de nos personnalités sociales et de mieux comprendre comment il est possible d’être soi même dans un monde qui nous encourage le plus souvent à paraitre.

Si vous voulez mieux vous connaitre, trouver votre voie et par la suite oser être qui vous êtes vraiment profitez de ce contenu que je vous offre gratuitement : http://steves.fr/c5kI

 

1 – L’Authenticité Versus la peur du rejet

Lors de l’une de mes conférence, une personne est venue me trouver pour me complimenter sur l’authenticité dont j’avais fait preuve. Puis elle rajouta ceci : 

« moi je n’ose pas être vraiment moi même ou dire les choses que je pense vraiment ».

L’une des plus grandes peurs de l’être humain est d’être rejeté. Comprenez que le rejet social est traité par le cerveau comme une douleur physique et les études nous le prouvent. Nous héritons de ce fonctionnement cérébral depuis la nuit des temps, la douleur que déclenche le rejet et la peur de celui-ci est une question de survie si on se réfère à l’histoire.

En d’autres temps, la mort certaine que promettait le bannissement de sa tribu, surtout pour les membres les plus fragiles, justifié la vigilance ! Nous avons besoin de notre communauté (famille, amis, collègues….) pour nous construire, nous structurer, nous sentir en sécurité, etc…

Se sentir (je dis bien se sentir) rejeté par ses parents, sa famille, ses petits copains à l’école, sa petite amie, ses collègues… vous encourage inconsciemment à vous conformez aux règles de vie et de savoir vivre imposées par l’éducation, les parents, la société en général pour le meilleur comme pour le pire.

 

2 – Le rêve de la société

Soyons clair, nous sommes conditionnés et pas toujours pour notre plus grand bonheur. Chômeur, salarié, électeur, consommateur nous sommes souvent ce que la société veut faire de nous.

Faut il s’étonner alors de ne pas vraiment être soi ? De ne pas vivre une vie qui nous fait « en Vie », une vie épanouie ?

George Carlin célèbre humoriste subversif américain disait

“ Les gouvernements ne veulent pas d’une population avec un esprit critique. Ils veulent des travailleurs obéissants. Du monde juste assez intelligent pour faire fonctionner les machines et justes assez stupides pour accepter passivement leur situation”.

 

Il faut bien reconnaitre que si notre société voulait faire de la population une population autonome, éveillée, actrice de son bien-être elle, s’y prendrait autrement ne serait-ce déjà qu’à l’école et dans notre système de santé ! 

Les critères de réussite, de performance et la valorisation sociale sont basés sur le faire, l’avoir, la réussite…. en délaissant l’Être pour le paraître !

Ainsi, pour ne pas souffrir du rejet nous acceptons de nous adapter,  nous vendons notre âme aux diktats de la société ou d’une communauté. Nous cherchons à plaire avant tout et à cumuler autant d’amis que possible sur les réseaux sociaux.

« je kiff les likes ça me donne l’impression qu’on m’aime vraiment » me disait un client !! 

 

Apprendre à mieux vous connaitre peut vraiment vous éviter de vous conformer. Peut-être pouvez-vous commencer par là ?  : http://steves.fr/U352

 

 3 – Oser Être soi même en étant à contre-courant.

Celui qui prend la liberté de se défaire d’un carcan quel qu’il soit, qui ose suivre son instinct contre l’avis des biens pensants est trop souvent vue comme le vilain petits canard, le loup dans la bergerie, le charlatan, l’escroc, l’utopique, le doux dingue…  

Cela me surprend toujours quand on sait que ceux qui font bouger notre monde sont souvent des visionnaires, hurluberlus, non diplômés, délicieusement et génialement fous !

Ces gens ont un talent qu’ils ont osé exploiter envers et contre tous. Ils ont osé être eux même quitte à déplaire et ne plus être dans les normes, ils vibrent de toutes leurs cellules et nous donnent envie d’en faire autant. Ils nous rappellent que nous aussi, nous pouvons être nous même.

 

Je ne résiste pas ici de partager avec vous le texte de la campagne publicitaire de Apple en 1997 écrit par un certain Craig Tanimoto, concepteur-rédacteur pour l’agence de communication Chiat\Day

 

Les fous,
les marginaux, les rebelles,
les anticonformistes, les dissidents…
Tous ceux qui voient les choses différemment,
 qui ne respectent pas les règles.
Vous pouvez les admirer,
ou les désapprouver,
les glorifier,
ou les dénigrer.
Mais vous ne pouvez pas les ignorer.
Car ils changent les choses.
Ils inventent, ils imaginent, ils explorent.
Ils créent, ils inspirent.
Ils font avancer l’humanité.
Là où certains ne voient que folie,
nous voyons du génie.
Car seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde,
y parviennent.


“Think Différent !”

4 – Ne plus être juge et bourreau

Pourquoi est-il si difficile d’être soi même, pourquoi avons-nous tant peur que cela d’être jugés dans cette société ?

Nous passons notre vie à catégoriser et à porter des jugements de valeur. Non content de nous juger nous même, nous jugeons les autres et cherchons à les définir selon nos propres critères, nos peurs, nos croyances.

Il est trop maigre, trop moche, trop petit, trop gros, pas assez ceci ou cela, gentil, méchant, triste, jovial, fort, faible, de droite ou de gauche, bête, intelligent… À chaque repas de famille, dans les conversations au coin de la rue, les médias, l’internet… Nous avons tous joué le jeu des étiquettes en fonction desquelles si nous n’y prenons pas garde nous allons nous définissons les autres et nous nous laissons définir.

Vous prenez alors le risque de vous écartez de votre être profond qui n’attend qu’une chose… Avoir l’espace de vie qu’il mérite pour s’épanouir. Apprendre à ne plus se juger, à ne plus juger les autres c’est apprendre à vous retrouver pour mieux vivre et ne plus vous contenter d’exister comme le disais à sa façon Oscar Wilde. Avoir une identité sociale pour s’adapter, pourquoi pas, mais ne vous dupez pas vous même.

 

5 – Être ou pas(r)être !

Pour pouvoir être vous-même, faut-il encore avoir conscience des raisons qui vous poussent à ne pas être vous-même.

Nous venons de parler au moins d’une partie de ces raisons, car il est nécessaire de  comprendre que vous ne pouvez changer que ce dont vous avez conscience. Si vous avez décidé d’être vraiment qui vous êtes il vous faut accepter que le paraitre ne peut plus vous contenter et que vous ne pouvez être aimé de tous. Cela suppose que vous serez rejeté et notamment de ceux qui sont dans l’incapacité eux-mêmes d’oser être ! 

Qu’est-ce qui dans la vie vous anime, qu’est-ce qui fait sens pour vous, qui vous fait vibrer, quelle est votre raison d’être ? Il faut partir à votre rencontre, vous ne pouvez pas vivre une vie qui vous fait envie, oser aller à contre-courant si vous ne savez pas qui vous êtes vraiment.

À nouveau, ce que j’ai préparer dans ce petit cahier d’exercices et audios peut être une première démarche importante, profitez en >> http://steves.fr/meI0

6 – Osez passer à l’action.

Si l’introspection est essentielle pour savoir qui l’on est vraiment, elle ne suffit pas. Il faut savoir poser des actions, passer à l’acte et faire en sorte de faire évoluer votre vie dans la direction qui vous parait la plus appropriée pour vous épanouir. Une action extérieur qui peut aussi vous emmener à vous découvrir 😉

On ne change pas en se contentant de savoir mais en appliquant ce que l’on sait. Ne l’oubliez jamais, le changement se fait dans l’action.

Parfois il est utile d’être guidé accompagné pour avoir une méthodologie. Avoir le courage d’oser être acteur responsable de votre vie est indispensable si vous ne voulez pas être passé à coté de votre vie. 

 

En conclusion

Si nous faisons tout pour ne pas être rejeté quitte à nous travestir et laisser notre ego prendre le contrôle de notre vie, forcé de constater que cela ne permet pas de s’épanouir sur le long terme.

Conditionné par les codes d’une société souvent aliénante et même malade nous privilégions le faire et l’avoir, nous finissons par paraître pour ne pas être.

Nous sommes le résultat d’un conditionnement qui ne permet pas toujours de laisser s’exprimer notre immense potentiel.  Nous restons dans la norme, nous nous conformons aux codes et jouons même le jeu des étiquettes, de la critique enfermante.

Pourtant grâce à l’ouverture des conscience, aux changements de paradigmes, nous avons le pouvoir de changer ce qui ne nous convient pas ou de continuer à vivre en victime est en souffrir pour peu que nous passions à l’action .

Soyez vous même, soyez différents et ça peut commencer avec ce petit travaille que je vous offre de faire en toute simplicité : http://steves.fr/7qG18

 

Steves DOUPEUX
Fondateur du blog Philosovie, Coach « Osérologue », conférencier, formateur , Steves Doupeux accompagne les pros du bien être à bien vivre de leur activité en ligne ou hors ligne et les particuliers, à Oser se lancer dans la réalisation d’un projet de coeur grâce à son programme « Impulsion ».
Pour en savoir plus sur Steves: www.stevesdoupeux.fr
Contactez nous

Vous pouvez nous envoyer un courrier électronique et nous vous répondrons au plus vite.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

Share This