J’ai 6 ans et pour mon frère d’un an et une semaine plus âgé que moi (la semaine à son importance à cet âge), j’ai le sentiment d’être comme un boulet à son pied, un caillou dans sa chaussure.

Pour moi il est l’exemple à suivre, j’y suis attaché et je veux aller partout avec lui. Je rappelle quand même   qu’il un an et une semaine de plus que moi, c’est un mec d’expérience!

Mais pour lui, peut-être suis-je arrivé un peu trop tôt dans sa vie.

À chaque fois, il s’arrange pour s’approprier les copains du quartier et me mettre de côté. J’ai le sentiment de ne pas compter, je les regarde rigoler de moi en s’éloignant alors que je reste seul comme un couillon, un pauvre hère sur le chemin.

Je ne compte pas le nombre de fois où mon coeur s’est serré, comme un raisin sec sous le soleil de Méditerranée, les larmes m’ont rendu la vue trouble et j’ai couru vers ma mère pour trouver un peu de réconfort et aussi un jupon pour essuyer mes larmes et mon nez dégoulinant.

« Prends ton frère avec toi » criait-elle.

Ses paroles emportées par le vent allaient s’accrocher dans les branches d’un platane sans jamais parvenir aux oreilles de mon bourreau déjà parti construire la cabane que j’avais imaginé bâtir avec lui.

La blessure de rejet est chez moi la deuxième plus grande blessure après celle de la trahison. (évaluez votre blessure de rejet grâce à ce test libre d’accès)

Bien entendu mon frère, pas plus que toutes les personnes qui par leurs paroles et leurs actes ont appuyé sur cette blessure n’en sont responsables. Tout au plus, elles ont contribué à la révéler pour que bien des années plus tard je puisse l’apaiser. 

Une armure pour protéger sa blessure

Forcément, ce type de blessure, si douloureuse et si très profonde doit être protégée. L’ego s’en charge, pour ne pas être rejeté, pour être accepté il à ses méthodes ! Être parfait, s’isoler,  rejeter les autres.

Cette blessure entraine bien des souffrances, des réactions, des pensées, des émotions et des comportements d’auto sabotages, dans le couple, la famille, au travail, entre amis…

La dévalorisation, la comparaison avec d’autres personnes emmène et à penser que l’on n’a aucune valeur, que l’on ne sert à rien, que l’on est inutile.

Le piège, est aussi de confondre l’Être et le Faire. Je me souviens encore que les critiques me faisaient très mal, j’en faisais une affaire personnelle et du coup j’étais très perfectionniste ce qui générais beaucoup de stress.

Et vous ?

Avez-vous tendance à vous dévaloriser, vous rabaisser, à fuir les situations inconfortables, à être mal à l’aise en groupe, en public. Cela peut vous conduire à des comportements d‘isolement à avoir du mal à demander de l’aide, à rejeter les autres ou les invitations et finalement à le regretter, car vous vous êtres rejeté vous-même.

Avez-vous peur du regard des autres, tendance à être sensible voir hyper sensible à la critique  tout en étant mal à l’aise face aux compliments que vous ne pensez pas être sincères?

Tout cela entraine un mal-être, parfois même une dépression (dans ce cas ne tardez pas à vous faire aider par un thérapeute).


Je vous invite à évaluer votre blessure de rejet (nous en avons tous une plus ou moins profonde):
vérifiez ici avec un test à faire en 1min

 

Trois chemins à emprunter pour panser votre blessure de rejet

 

#1 – Avoir conscience de sa blessure de rejet

Je souhaite vraiment vous inviter à comprendre votre blessure de rejet,  à en saisir les subtilités pour pouvoir l’apaiser. Vous ne pouvez changer que ce dont vous avez conscience.

Comprendre ses peurs, leurs origines et les réactions de l’ego est d’une redoutable efficacité pour ne plus subir et  progressivement vous en détacher. 

Quelles sont les pensées,  les émotions, les réactions, les comportements motivés par cette blessure ?

La plupart du temps vous réagissez de façon automatique, vous n’êtes pas conscient de cette blessure qui vous active. Ce n’est qu’après que vous réalisez que les comportements, les pensées et les réactions émotionnelles ont été disproportionnés.

En général, vous le regrettez . Mais en étant bien informés des mécanismes et des subtilités de vote blessure de rejet, vous pourrez prévenir au lieu de guérir et mieux vous apaiser.

 

Blessure de rejet

#2 Accepter la blessure

Votre blessure de rejet existe et passer votre vie à le nier, l’ignorer,  la refuser,  la rejeter ou ne pas en avoir conscience n’est pas du tout une bonne idée. 

Il est essentiel de connaître et accepter cette blessure, car les situations que vous vivez, qui vous mettent en souffrance s’appuient sur elle.

Si vous refusez cela, vous ne pourrez pas l’apaiser. Vous risquez d’attirer à vous les mêmes situations difficiles et les mêmes personnes toxiques.

Connaître et accepter la blessure sans juger ou sans vous juger c’est déjà la soulager. C’est un cheminement, un travail sur soi qui nécessite du temps et de la persévérance, de l’acceptation 😉

Il est important de préciser qu’accepter ne veut pas dire subir. Cela veut seulement dire reconnaître pour mieux se libérer, s’en détacher.

 

#3 – Attention à votre dialogue intérieur

les pensées négatives, les jugements  finissent par renforcer la blessure de rejet puisque vous vous rejetez vous même. 

Créer une nouvelle réalité, un nouveau système de pensée est particulièrement indispensable. Vous avez environ 60000 pensées par jour et selon les neurosciences, 80% ont tendance à être des pensées négatives.  Soyez conscient de cela et apprenez à mieux vous parler. 

Vous devez apprendre à contrôler au maximum votre système de pensées. Quand vous nourrissez des pensées négatives sans vous en rendre compte, vous faites de l’autohypnose négative. Dommage parce que l’hypnose ça marche!

Et si vous faisiez de l’auto hypnose positive ? Ayez conscience de la puissance de vos pensées en les changeant le plus vite possible. Vous avez le pouvoir de changer vos pensées et d’apprendre à le faire. C’est un vrai travail sur soi.

 

En conclusion

Si vous souhaitez vraiment changer les choses, soulager votre blessure de rejet, mettez en application ces 3 clés :

-1°/- Connaitre votre blessure de rejet et ne plus les laisser vous diriger

-2°/- Accepter cette blessure pour mieux s’en libérer.

-3°/- Savoir gérer vos pensées négatives et aussi apprendre à gérer vos émotions.

Vous savez à présent comment vous occuper de votre blessure de rejet.  Bien-sûr je comprends tout à fait que c’est plus facile à dire qu’à faire. Pour les personnes qui souhaitent aller plus loin j’ai préparé un test et une vidéo pour vous en dire un peu plus et si vraiment vous êtes motivé alors je suis ravis de vous proposer une solution sur 21 jours pour vous aider notamment grâce à l’hypnose. 

 

rejet boutiquePour aller plus loin et tester votre blessure de rejet

Testez votre blessure de rejet ici. 10 questions qui peuvent vraiment vous en dire plus sur vous :). Vous serez informé du programme 21 jours permet d’apaiser la blessure de rejet.

Vous pouvez également regarder la vidéo des 3 clés pour apaiser la blessure de rejet en cliquant ici 

Soyez fiers de faire partie de ces personnes qui osent se faire face et qui ont le courage d’oser, être acteur et responsable d’une Vie qui fait enVie !

 

Steves DOUPEUX
Fondateur du blog Philosovie, Coach « Osérologue », conférencier, formateur. Steves Doupeux est apprécié pour son authenticité, sa vulnérabilité et sa force tranquille.
Oser Être, transmettre et accompagner  les particuliers, entrepreneurs et entreprises à l’éveil des consciences. Soutenir à la réalisation de soi.
Pour en savoir plus sur Steves: www.stevesdoupeux.fr

 

Contactez nous

Vous pouvez nous envoyer un courrier électronique et nous vous répondrons au plus vite.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

Share This
quel perfectionniste êtes vous?