Avez-vous déjà songé que votre perception du monde pouvait nuire à vos projets, à vos rêves, vos envies ? Que votre capacité à vous auto saboter est en fait liée à une mauvaise appréhension des choses, à une perception erronée ou du moins qui n’est pas propice à vous faire vivre la vie qui vous fait en vie ?

Pensez-vous sincèrement que ce que vous observez autour de vous est réellement ce que vous observez ? Je sais la question est bizarre voir tordue et peut même vous poussez à tourner les talons et ne plus revenir. La réalité n’existe pas, elle demeure subjective et perçue au travers de différents « filtres ».

Prenons l’exemple des personnes qui se sabotent, manquent de confiance, se sous-estiment et n’osent pas vivre leurs rêves.  Leurs perceptions du monde manquent d’objectivité et ce manque d’objectivité les paralyses. Vous ne pouvez changer ce dont vous n’avez pas conscience, je vous invite ici à être très conscient de ce qui fait votre réalité et par la suite de travailler à changer votre perception des choses si cela peut vous permettre de vous épanouir.

 

En Programmation neuro linguistique nous apprenons que la carte n’est pas le territoire. Autrement dit, ce que vous percevez n’est jamais identique à l’image que produit votre cerveau, ce n’est jamais la réalité (je vais essayer de ne pas vous perdre !).

La réalité perçue (le territoire) passe par des filtres qui vous donnent une réalité qui n’appartient qu’à vous (la carte). Chaque individu perçoit le monde externe avec ses propres filtres et cette perception donnera vie à un monde interne, les pensées, valeurs, croyances qui donneront vie à des émotions, réactions, comportements qui eux-mêmes auront un impact sur notre perception du monde !…

1 – Par vos sens, vous captez le monde avant de le filtrer.

L’exemple le plus évident est celui des daltoniens, ou des personnes malentendantes ou malvoyantes…. Nous ne percevons évidemment pas du tout la même chose selon que nos sens sont développés ou non.  Ceux-ci nous font percevoir les choses différemment au travers de notre ouïe, odorat, visuel, auditif, kinesthésique, gustatif et olfactif. De plus, nous n’avons pas toujours la capacité génétique de percevoir la réalité; par exemple nous ne percevons pas les ultras sons.

La réalité que nous pensons vraie est donc tout à fait subjective. Il en va de même pour les pensées, les états internes… Un perfectionniste ou une personne qui vie le syndrome de l’imposteur et tout à fait subjective, elle parvient à se faire croire tout un tas de choses qui ne sont vrai que pour elle. Un artiste par exemple verra ses toiles comme imparfaites alors que d’autres lui diront qu’elles sont superbes, dans ce cas, ce que voit l’artiste passe par des filtres qui ne sont pas faits pour lui permettre de s’épanouir !

2 – les filtres  d’expériences 

Les expériences conditionnent vos émotions, sensations, réactions, pensées et comportements, ces apprentissages peuvent se généraliser à tort. Si enfant vous avez posé la main sur une plaque chaude qui ressemble à un poêle vous avez appris par généralisation qu’il ne fallait surtout pas recommencer et c’est plutôt bien dans ce cas précis 🙂  C’est un apprentissage utile, une sorte de filtre d’expérience s’installe et il vous permettra d’éviter de recommencer donc la douleur .

Attention, Les filtres d’expériences sont souvent à l’origine de généralisations (tous les poêles sont susceptibles de bruler), mais parfois une généralisation peut poser problème. Les personnes qui s’auto sabotent sont souvent en réaction par rapport aux apprentissages douloureux du passé sans même en avoir conscience. Ainsi une personne perfectionniste pensera au travers de son filtre d’expérience que pour être aimée il lui faut être parfaite puisque les parents, enseignants… lui apportaient plus d’amour lorsqu’il avait de bonnes notes à l’école et le grondaient lorsqu’il en avait de mauvaises.

Soyez vigilant et souvenez-vous que ces apprentissages ne sont pas forcément à généraliser ni même à conserver 😉 Vous pouvez et avez le droit de vous autoriser l’imperfection, c’est la voie royale vers la perfection 🙂

3 – Filtres sociaux.

Ils sont ceux qui sont en quelque sorte communément admis par un groupe social. Le langage est l’un d’eux ainsi nous comprenons que d’une société à une autre la réalité peut être perçue différemment. Les hindous ont 365 mots pour signifier le mot esprit. Les Esquimaux, une soixantaine pour définir la qualité de la neige.

Les Indiens d’Amérique du Nord n’ont qu’un seul mot pour définir la gamme de couleurs qui s’étend entre le vert et le bleu. Imaginez les différences de descriptions que cela pourrait donner de mettre trois individus de chacune de ces ethnies face à un même tableau de Monnet ! Ainsi les différences d’interprétations du point de vue de la culture, de la société, religion… dans laquelle nous évoluons aura toute son importance. tenez en compte pour mieux comprendre vos semblables puisque cela est vrais pour la culture, la religions…

En conclusion

La personne qui à tendance à se saboter n’en a pas toujours conscience, son modèle du monde peut la limiter dans son évolution, on dit alors qu’elle à un modèle du monde « appauvri », il ne lui permet pas d’élargir le champ des possibles. Son modèle est trop limité pour lui permettre de percevoir qu’il y a plus de choix et de possibilités qu’elle ne l’imagine pour se sortir d’un état ou fonctionnement délétère.

Mieux comprendre son propre modèle lui permettra de le faire évoluer positivement et accéder à des solutions qui jusque là n’avaient peut-être pas été envisagées. À l’inverse les personnes qui ont un modèle plus riche parviennent plus facilement à trouver des solutions à leur problématique. Tous les modèles (autant de modèles que de personnes sur cette terre) sont construits à partir d’une même réalité !

Il est donc très important de comprendre que les personnes qui ne parviennent pas à se sortir d’un raisonnement limitant ou d’une situation difficile ne sont pas folles, idiotes ou autre, mais simplement coincées dans leur monde à elles, elles font les meilleurs choix disponibles selon leur propre modèle, mais pas en fonction de la réalité qui elle, est souvent plus riche d’options libératrices.

Autrement dit, il n’est possible de comprendre ces personnes que lorsque l’on accède à leur modèle ; on réalise alors qu’elles ne font pas un mauvais choix, mais qu’elles n’ont pas assez de choix, ce qui est très différent. Les créateurs de la PNL mettent en exergue que les processus qui nous permettent d’accomplir les activités humaines uniques et extraordinaires sont les mêmes processus qui nous enferment et entravent notre développement personnel si nous faisons l’erreur de prendre notre modèle pour une réalité.

Amitiés et gratitudes

Steves DOUPEUX
Fondateur du blog Philosovie, Coach « Osérologue », conférencier, formateur , Steves Doupeux est apprécié pour son authenticité, sa vulnérabilité et sa force tranquille. Oser Être, transmettre et accompagner  les particuliers, entrepreneurs et entreprises à l’éveil des consciences, à la réalisation de soi et au leadership humaniste.
Pour en savoir plus sur Steves: www.stevesdoupeux.fr

Laisser un commentaire

Contactez nous

Vous pouvez nous envoyer un courrier électronique et nous vous répondrons au plus vite.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search

Share This